Suicide à PSA Mulhouse

Publié le par Union pour le communisme


Stop à la dégradation de la condition ouvrière !

La presse a relayé le suicide, sur son lieu de travail, d'un ouvrier de PSA-Citroën de Mulhouse. C'est le sixième cas connu de suicide dans la chaîne PSA, lié vraisemblablement aux conditions de travail, et le cinquième dans cette usine, et pour cette seule année.


Cette tragédie, qui est loin d'être un cas isolé, révéle la dégradation de la condition ouvrière, sous la pression de l'encadrement, des mauvaises conditions de travail, de la hausse de l'exploitation capitaliste et des cadences, de la crainte de l'avenir.


Les dispositifs de mise en concurrence des salariés entre eux jouent aussi un rôle décisif dans cette dégradation. Les projets de Sarkozy et de son gouvernement en matière d'heures supplémentaires, de durée du travail, de limitation du droit de grève ne peuvent qu'accentuer cette oppression.


La direction de PSA, qui annonce plans de licenciement sur plans de licenciement, prétend répondre à l'urgence par des dispositifs de soutien psychologique.


Ce dont ont besoin les ouvriers pour briser le dispositif de surexploitation, ce n'est pas de bonnes intentions, mais de la satisfaction de leurs revendications, exprimées notamment par les dernières grèves dans le secteur : salaire minimum à 1500 euros net, augmentation uniforme des salaires de 300 euros, fin des restructurations et des licenciements, liquidation de l'emploi précaire et intérimaire par l'embauche en CDI de tous et toutes.


Plus fondamentalement, seul le contrôle ouvrier sur la production et les conditions de travail et la réorganisation socialiste de l'économie peuvent transformer les rapports de travail et la production dans le sens des besoins ouvriers et populaires.


Et c'est seulement de puissantes mobilisations révolutionnaires, s'affrontant avec le patronat et le gouvernement à sa botte, qui pourront réaliser de tels objectifs.

Publié dans Actualité France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article